0q8crgb2ptx181410831560

Test : Shanling M3

28 avril 2015 / par

Nous continuons notre série de test de DAP de ce premier trimestre avec un inconnu au bataillon en la personne du Shanling M3. Et quelle belle surprise !

La maturité du matériel audio nomade est décidément montée en flèche depuis les débuts de la hi-fi portable. Des produits bien finis voient désormais le jour. Finition que l’on mesure tant sur les qualités audio que sur la maturité des OS, et la solidité des assemblage. C’est au tour de Shanling de nous livrer sa vision de la discipline, avec un M3 étonnant de sérieux.

On connait Shanling depuis 1988. La firme chinoise adresse un vaste marché de l’audio, depuis les platines CD jusqu’aux enceintes, en passant par la Lorraine avec mes sabots au milieu de tout un tas de streamers, amplis et autres DAC. A défaut de proposer des produits révolutionnaires, la marque fait preuve de sérieux dans l’assemblage, et d’un bon niveau général, le tout dans des prix souvent extrêmement maîtrisés. Il lui reste probablement à sortir quelques équipements de référence pour lui ouvrir la porte de revendeurs prestigieux, du moins sur le marché européen. Et avec le M3, la marque prouve qu’elle n’est plus très loin des meilleurs.

0q8crgb2ptx181410831560

Shanling M3, le look

D’apparence banale, le M3 ne peut que compter sur sa molette pour surprendre en termes de look. Cette molette, directement inspirée des manettes de console de jeux permet une navigation intelligente à une main (plus évidente pour les droitiers). La prise en main du DAP se révèle légèrement déconcertante au premier abord de par le poids du DAP (220 grammes). Une fois l’habitude prise, l’utilisation reste cependant très intuitive. La coque entièrement métallique procure un solide sentiment de robustesse, même si elle ne brille pas par la créativité ni la modernité de son design… On soulignera quelques bonnes idées quand même, dont:

  • le léger creux sur les côtés qui permet de bien refermer les doigts le long de la coque,
  • le léger renfoncement de la base de l’appareil qui protège la carte micro SD
  • le positionnement espacé des différentes sorties et entrées qui ne poseront pas de problème de taille d’embouts de câble

En termes d’axes d’améliorations, on citera pour la forme

  • l’intégration de l’écran extrêmement banale
  • le poids elevé
  • l’absence de travail de la coque

Enfin en termes de couleur, le Shanling se propose en coloris noir mat, ou argent.

Shanling M3, les composants

Passons a présent sur les composants du M3 qui méritent notre attention. Le constructeur fait le pari de l’utilisation d’éléments de qualité reconnue mais que l’on retrouve rarement dans des produits nomade :

  • La puce DAC Cirrus Logic CS4398, (utilisée en duo avec une CS8422) qui gère le 24-bit/192 kHz
  • Une  amplification basée sur l AD8610 & Buffer BUF634 (1 par voie !)
  • Un filtrage passe bas confié à Texas Instrument et son OPA2604

Pour ceux à qui ces éléments techniques n’évoqueront rien, retenons que Shanling à souhaité travailler un jitter très faible quelque soit la source, une probable « musicalité » avec un DAC très à l’aise sur les médiums, et une partie amplificatrice très performante en termes de dynamisme et d’ouverture de scène, mais neutre d’un point de vue « tonal ». Sur le papier le M3 a donc de quoi se défendre face à la course à l’armement proposée par les Fiio X5 et autres DX90 de la concurrence.

En termes de fonctionnalités et de connectique le Shanling est un des DAP les plus complets que j’ai vu dans cette tranche de prix. Véritable couteau sino-suisse il permet ainsi les usages suivants !

  • DAP (usage primaire)
  • DAC USB pour PC (bien pratique pour tous ceux qui travaillent sur des portables aux cartes son bruitées et à la qualité plus que douteuse)
  • Source avec sortie ligne
  • Source avec sortie optique (3,5mm)

Côté Stockage, le Shanling dispose d’un trop maigre disque dur interne de 8 Go. Les services marketing Shanling devraient faire l’effort de prévoir un disque dur interne d’une taille correcte (difficile d’arborer moins de 16 à 32 voire 64 Go à l’heure actuelle), ou bien faire le choix de doubler les ports micro SD disponibles comme d’autres marques. L’unique port Micro SD supporte les cartes SD jusqu’à 64go. Nous avons testé en système de fichier fat32 uniquement.

Enfin la batterie de quelques 3600 mAH ne brillera pas spécialement par rapport à la concurrence et s’affichera dans une norme « acceptable » de 10h d’utilisation continue.

5-Overview-from-Top-650x431

Shanling M3, l’interface

En termes d’interface, le Shanling propose donc un écran TFT 2.4 pouces à résolution moyenne qui permet cependant une lecture correcte.

La navigation se fera soit par dossier façon « browser », soit par tag (album, artiste, genre). Et cette navigation se fera justement à l’aide de cette belle molette bien pensée par simple appui dans la direction souhaitée. Notons également que le réglage du volume passe bien sûr également par cette molette qu’il suffira de rouler vers la gauche ou la droite pour ajuster le niveau de son.

s[1]_201412031118285436Après trois semaines d’utilisation, il conviendra de reconnaître que l’usage du Shanling M3 est tout à fait satisfaisant. Tout d’abord le player démarre très vite ce qui évite d’avoir fait la moitié de son trajet avant d’avoir pu entendre une seule note de musique (Amis du Studio V Hisound Audio, j’ai une pensée émue pour vous).

Par ailleurs, je n’ai rencontré aucun bug de lecture sur les nombreux formats que j’ai testé, en basse ou haute résolution. Le M3 a vaillamment décodé tous mes fichiers.

Enfin, la navigation par la molette est à la fois intuitive et peut être réalisée à une main avec un minimum de pratique. Que demander de plus ?

A noter : le shanling M3 est également utilisable comme DAC sédentaire. Il vous faudra choisir dans les règlages de l’OS le comportement du DAP lorsqu’il est branché en USB. Il se comportera au choix comme un disque dur (qui monte également la carte mémoire), ou bien comme une carte son externe. A date tous les drivers fonctionnent sous windows 7, mais les utilisateurs de windows 8.1 devront attendre un peu le temps que le constructeur se décide à mettre ses drivers à jour.

Shanling M3, les fonctionnalités

Le M3 fourmille de petits réglages qu’il conviendra d’explorer avec patience.

Une sorte d’equalizer agissant sur les extrêmes du spectre est proposé. Vous pourrez ainsi moduler le niveau des basses fréquences ou des hautes fréquences de « -5 à +5″ par rapport à une position neutre. A défaut d’offrir un véritable EQ paramètrable, le M3 pourra s’adapter légèrement à votre dispositif aval d’écoute.

De même le niveau de gain de l’amplification est paramétrable entre un niveau « Low gain » et un niveau « high gain ». Le Shanling M3 n’est d’ailleurs pas ridicule en high gain avec des casques relativement exigeant, tandis que la sortie est dénuée de tout souffle en low gain même avec les intras les plus sensibles .

Un paramétrage ad hoc permet également un upscaling en haute résolution. A utiliser notamment si vous etes farouchement convaincu du bien fondé de la démarche. Nous sommes plus réservés sur le gain perceptible.

Vous pourrez également en vrac :

  • Définir un niveau maximal d’écoute,
  • définir le niveau auquel le baladeur s’allume (bien pratique pour se rendre compte à quel point on fini par monter le volume sonore en fin de journée lorsque on a l’oreille fatiguée dans le medium),
  • définir le mode de lecture (shuffle, repeat, repeat sur une liste, ou bien classique),
  • régler la balance des canaux gauche et droite,
  • définir a quel endroit le baladeur reprendra lorsque vous le rallumerez (dernière piste écoutée, ou dernière position naviguée)
  • régler la clarté de l’affichage de l’écran,
  • choisir le mode de rafraîchissement de la bibliothèque musicale (automatique, manuel, ou désactivé)
  • définir un temps d’écoute limité pour vous endormir
  • définir le temps d’inactivité au bout duquel le DAP s’éteint.9352_3

Shanling M3, les qualités audio

Venant en à la partie la plus intéressante, comment ce Shanling M3 sonne-t-il donc ? Fidèle à notre tradition de briser toute forme de suspens dès la première ligne de cette partie, répondons: « Très, … très, … très bien ». Mais devisons maintenant plus en profondeur.

L’impression générale qui se dégage du Shanling M3 est un grand naturel dans la restitution du message sonore, le tout accompagné d’un excellent dynamisme, et une scène sonore bien travaillée.

Ce n’est pas le baladeur le plus précis que j’ai testé, ce n’est pas le baladeur le plus dynamique que j’ai eu entre les mains, on a déjà fait mieux en terme de scène sonore ou de naturel, mais… mais… c’est probablement le DAP qui affiche l’écoute la plus équilibrée au global quand on détaille bien toutes les composantes. Et c’est peut-être là une des clés du plaisir d’écoute.

En termes de signature, le M3 est un DAP plutôt neutre. Pas de chaleur exagérée, pas d’aigu ostentatoire, je trouve vraiment que ce baladeur est une source plutôt « flat ». Dès lors ce sera bien davantage la personnalité du casque que vous utiliserez en sortie qui marquera la signature. En ce qui me concerne j’ai eu le plaisir d’écouter le M3 avec 3 ou 4 casques différents que je connais bien et 3 custom in ears. J’ai toujours retrouvé la signature de ces casques avec tous leurs défauts et toutes leurs forces. Quelques exemples :

  • Avec le Beyerdynamic DT 770 Pro 80 Ohms: on retrouve un bon grave tendu et très légèrement rond, tandis que le haut médium file très (trop) haut. Ça sonne inévitablement « harsh » sur certains types de musiques et sur les enregistrements moyens
  • Avec le Sennheiser HD25 : une bonne dose de chaleur avec un médium dominant, une bonne performance globale, mais un aigu en retrait couplé à une scène sonore qui a du mal à se déployer. Le Sennheiser HD7 qui tente doucement de lui voler la vedette me fait au final une meilleure impression, surtout en termes de termes sonore. L’appairage marche bien dans les deux cas
  • Avec le Grado SR 325 i : le médium sonne légèrement creux et métallique mais reste agréable à écouter, avec la fameuse signature de la marque américaine. le bas de spectre tendu manque un peu d’impact, les aigus sont un peu rabotés, et la scène sonore très peu sculptée. Typique du casque.
  • Avec les Earsonics EM32 : Balance bien équilibrée sur le spectre, avec un solide impact du bas de spectre. J’aimerai encore un peu plus d’aigu, mais c’est bien la personnalité des intras que je connais. Je suis très agréablement surpris par la quantité de détails que le M3 permet de délivrer

Vous l’aurez compris, peu de chances que vous dénaturiez votre expérience d’écoute habituelle en termes de signature avec le Shanling M3.

En termes de résolution, le M3 est tout simplement excellent. Capable d’extirper du message sonore une très grande quantité d’informations, le M3 ne sera limité que par votre casque en aval. Les écoutes avec mes Earsonics EM32 ont été la dessus sans équivoque, le Shanling fait un travail extraordinaire sur tous les styles de musique. Dès lors, c’est bien le choix de votre casque qui sera déterminant pour la qualité de votre expérience globale. Plus important encore, cette capacité à révéler les détails de vos morceaux favori ne se paie pas au prix d’une sorte de rendu « artificiellement détouré » ou un rendu métallique que peuvent donner certains DAP. Tout est bien lié, le son coule de manière fluide, voire même liquide. C’est là une rare capacité que je souligne d’autant.

On passe donc sur cette transition à la force principale du Shanling M3 : le naturel de l’écoute. Écouter le Shanling M3 c’est finalement (et paradoxalement) l’oublier complètement. Une fois la musique lancée, on est plus tenté de jouer avec l’EQ, de regarder une belle pochette d’album sur l’écran, de changer continuellement de piste … non plus rien de ce genre. On savoure, on se délecte, on profite. Plus précisément, ce naturel passe par plusieurs impressions qui se super-imposent.

IMG_0672

La dynamique du Shanling est de bonne facture. Jamais « poussif » ou « surgonflé », le Shanling délivre du contraste sans impression d’effort  apparent (à l’inverse d’un fiio X5), on saluera là la belle performance de la partie amplification qui permet, au passage, un switch low/high gain, qui permettra de gérer les IEM, comme les plus gros casques, voire les line-in audio des voitures parfois trop peu sensibles … La dynamique est une qualité essentielle dans l’audio nomade, dans la mesure ou elle permet une bonne lisibilité du message audio et du plaisir, sans monter le volume de son trop haut … et d’être dans des zones de danger pour l’audition.

La neutralité de timbre du Shanling est également remarquable. Très équilibré, jamais pesant dans le bas de spectre ni agressif en haut de partition, le M3 est un DAP très bien étalonné. D’ailleurs les ingénieurs ne nous ont pas proposé de véritable EQ sur ce DAP. En lieu et place un réglage High et low « pitch » permet de booster les niveaux dans les extrêmes de spectre. Voilà ou s’arrêteront donc vos velléités d’égalisation. Faut-il une voire une sorte de « confiance en soi » de la marque sur la qualité du réglage du M3 ? Possible…

La spatialisation du M3 est également un des vecteurs du naturel global ressenti lors de l’écoute. La spatialisation est certes toujours une affaire subjective tant les oreilles de chacun sont différentes quant à son ressenti. Néanmoins le Shanling présente des qualités indéniables dans ce domaine. Il est tout d’abord capable de recréer des paysages très sculptés, avec des plans bien séparés. Pas de largeur de scène excessive, pas de présentation trop intimiste, le M3 me semble assez fidèle aux conditions d’enregistrement dans ce domaine. Un des points qui permet souvent de mettre en exergue les capacités des DAP est de s’attacher au traitement des cymbales, qui sont souvent enregistrées avec un micro dédié. On peut ainsi les percevoir « flottantes » ça et la à gauche ou à droite à hauteur « d’œil », l’effet peut être saisissant sur certains titres. Dans tous les cas, le Shanling M3 vous embarquera au cœur de votre musique, avec plus de bonheur que le plupart de la concurrence.

IMG_0675

Shanling M3, quelques comparaisons

Nous avons eu la chance d’avoir le M3 en même temps que d’autres DAP lors de notre test. Voici en résumé nos impressions lors de nos écoutes comparatives

Shanling M3 et AP100

Deux bons baladeurs « passe partout » dont le form factor est assez proche, avec un AP100 une centaine d’euros moins chère que le Shanling M3. Le M3 domine le débat en termes de résolution, et offre une signature légèrement plus neutre que le AP100. En bas de spectre, le M3 se montre plus rigoureux, tandis que son rendu semble au global plus naturel, et un peu moins  gonflé.

le AP100 ne démérite pas loin s’en faut et offre un excellent rapport qualité prix. Il est cependant techniquement en deçà du M3 qui va plus loin sur beaucoup d’aspect, une fois apparairé à d’excellents écouteurs ira plus loin.

Shanling M3 et Fiio X5

Grosse déception pour moi que le Fiio X5, tant le X3 m’avait laissé augurer du meilleur pour un futur grand frère. Las, le X5 sonne « chimique » , métallique et finalement peu naturel. De plus l’énergie déployée en bas de spectre n’est pas toujours maitrisée et finit par donner l’impression d’une chaleur omniprésente (bas médium très très présent). Ce qui peut « esbrouffer » à la première écoute ne résiste finalement pas sur la durée. Quant au niveau de détail, il n’est pas en ligne avec ce que devrait offrir « théoriquement » le X5 vu ses caractéristiques techniques.

Il n’en reste pas moins que le X5 est beaucoup plus sexy en form factor, et offre l’avantage indéniable d’un double slot micro SD pour faire la part belle à l’espace de stockage, le tout rehaussé par un écran de fort belle facture.

Shanling M3 et Shozy Alien

Probablement la seule vraie hésitation pour moi en termes de son. Le shozy Alien conserve sa dynamique hors du commun et sa précision chirurgicale. Le M3 en revanche, offre souvent plus de plaisir d’écoute quelque soit le style et la qualité de l’enregistrement. Au final le choix se fera davantage en fonction de l’IHM spartiate du Shozy Alien (pas d’écran), qui pourra séduire ou rebuter irrémédiablement. Dans les deux cas, musicalement parlant, ce sont deux excellents choix.

Le mot de la fin

N’y allons pas par quatre chemin, le Shanling M3 est bourré de talent. Il signe une entrée fracassante dans la cour des plus grands et offre un DAP qui ne connait pas de rival au regard de son prix, de ses fonctionnalités, et du plaisir d’écoute qu’il vous procurera au quotidien. C’est à date ce qu’il nous aura été donné de tester de plus convaincant sur 2015 … mais espérons que la suite de l’année nous réservera encore autant de superbes surprises !

Merci à David de chez Audiophonics pour le prêt du matériel.

 


A propos de l'auteur

Dit le Fougueux (plus rarement le Brave), c’est le thermomètre du groupe, l’essayeur de tendance. L’enthousiasme au bout du fusil, seuls quelques malheureux casques ne trouvent grâce à son Ecole des Fans du matos audiophile . On lui doit également parmi les blagues les plus fleuries de l’histoire du New Wav.


css.php