8L9A0056_副本

Shozy Alien, un DAP extra-Tera-terrestre ?

18 janvier 2015 / par

Voici après une longue période de repos, un test d’un produit attendu patiemment pendant de longs mois : le DAP Shozy Alien, concurrent frontal du Tera Player de Altmann (pricé actuellement à un prix fort conséquent de 3300€). Pour 20 fois moins cher, que nous offre vraiment le Shozy Alien ? réponse ci-après en détail. 

1. SHOZY, une marque de l’ombre qui émerge au grand jour

Shozy est une marque implantée à Hong-Kong, et qui adresse principalement le marché de l’audio portable. La marque offre à ce jour un catalogue produits de 4 références avec

  • 1 DAP, Alien
  • 2 amplis portables, PX-1 et PX-M1
  • 1 combo Amp/dac pour PC et Android, le Magic dac/amp

Shozy est une marque qui prête au moins autant d’importance au design de ses produits qu’à la recherche de l’excellence audio (nécessité dans le domaine …). La marque possède  notamment deux équipes en charge de chacun de ces aspects, consciente que l’époque des produits « moches » est sur le point d’être révolue. L’audiophile veut de la qualité dans tous les sens du terme.

Pourquoi ce qualificatif de marque obscure? Shozy fait tout simplement partie de ses nombreuses entreprises a avoir démarré comme prestataires de solutions OEM pour des sociétés d’audio ou de technologies. Depuis peu, SHOZY a lancé sa propre marque commerciale et commence à percer sur les marchés occidentaux, avec le DAP Alien qui a fait véritablement parlé de lui.

Finissons par jeter un oeil sur le logo, suffisamment futuriste pour mériter de figurer dans cet article

shozy

2. Alien, un DAP OSNI ?

Tout objet sonore non identifié se doit d’être dissimulé au public et transféré en zone 51 pour une dissection rigoureuse de ses entrailles. Petits veinards, nous avons à Tupperwav réussit à recueillir un Alien pour notre propre protocole expérimental.

2.1. Alien, le grand méchant look

La comparaison avec le tera player altmann n’a pour le coup vraiment pas lieu d’être. Autant le premier est insipide, voire honteux compte tenu du prix, autant le Alien est une réussite complète en termes de look. Ce DAP ressemble à ce que devrait être un croisement entre un player portable et un F117 bombardier furtif de l’US Air force. Jugez vous même
Alien
Ce look résolument futuriste, fait le choix des lignes cassées et des angles audacieux. Point de rondeur iPodesque, ou de conformisme Sony-esque, le dap alien ne ressemble à rien de ce que j’ai pu croisé jusqu’à présent dans mes pérégrinations. Le revêtement aluminium brossé avec soin confère à l’ensemble une grande classe, ainsi qu’une impression de solidité à toute épreuve. Nul doute qu’il faudra plus d’une chute pour venir à bout du lecteur !

Seule ombre au tableau, les boutons de contrôle qui bien qu’esthétiquement bien intégrés dans l’ensemble seront probablement moins résistant que le reste de la coque. On ne peut pas le nier, c’est souvent le cas sur tous les lecteurs, les parties mobiles étant par définition sujettes aux mouvements… à l’inverse du reste du lecteur. Ci dessous la carte mère au niveau de l’emplacement des boutons.

Il vous sera par ailleurs plus que très difficile d’aller vous amuser à voir ce que contient le lecteur, car celui-ci est assemblé avec une visserie venue tout droit d’Alpha Centauri, a savoir de minuscules vis en forme de pentagramme … De là à commencer à imaginer une théorie du complot que Shozy cache un terrible secret dans les entrailles de l’Alien, il n’y a qu’un pas (que je ne franchirai toutefois pas).

2.2. Dans les entrailles de l’Alien

D’entrailles vous ne verrez donc point, compte tenu de la visserie formidable utilisée pour garantir l’inviolabilité du bousin. Nous nous rabattrons, par dépit, sur les spécifications constructeurs classiques (tout en maudissant avec ferveur le constructeur)

Caractéristiques :

  • Lecture de fichiers Lossless : FLAC et WAV 24bit/44.1kHz uniquement. Pas de support de fichiers « HD ». Attention Pas de support des formats audio avec perte (mp3, ogg, m4a, …)
  • Plage d’impédance recommandée pour les casques : 8 – 32 Ohms
  • Rapport signal bruit : 98db
  • Puissance de sortie : 2x 55mW sous 16 Ohms
  • Entrée micro USB (câble micro USB vers USB A fourni)
  • Support carte microSD (aucune mémoire interne par défaut), SDHC exclusivement. Les SDXC ne sont pas pris en charge.
  • Batterie : 1220mA
  • Autonomie : Entre 8 et 10 heures
  • Temps de charge : 1 – 2 heures
  • Alimentation : 5V DC (non fournie)
  • Châssis Aluminium usiné dans la masse (CNC) et disponible en trois coloris : Noir, Anthracite et Silver.
  • Dimensions : 110x60x10mm
  • Poids : 150g

Précisons également que vous devrez disposer d’un lecteur de carte micro SD externe, car l’OS du Alien ne permet pas de liaison avec un PC ou un autre matériel. Le port de carte de l’Alien est au format SDHC. l’appareil ne supporte pas à date le SDXC. Reste à voir si cela sera embarqué dans des futures versions.

Enfin, le port USB de l’Alien n’est destiné qu’à son unique recharge.

2.3. Ergonomie

L’ergonomie de l’Alien est tellement extrême qu’elle justifie pleinement une section à part entière.

2.3.1. Prise en main et praticité d’usage du shozy Alien

En tant qu’objet à utiliser au quotidien, les dimension de l’Alien sont parfaites. d’une belle finesse, le DAP se glisse dans toutes les poches avec facilité et sait se faire oublier. Par ailleurs la robustesse de sa coque ne nécessitera aucune protection supplémentaire. Veillez en revanche s à protéger les autres appareils que vous glisseriez dans le même sac ou la même poche que ce DAP, car il risquerait fort d’y laisser quelques rayures disgracieuses.

La prise en main est très pratique car le baladeur se glisse dans tous les formats de main et permet une manipulation à une main sans aucun problème, les boutons de navigations étant regroupés et peu nombreux. Les dimensions sont par ailleurs vraiment bien contenues avec 11 cm de longueur, 6 cm de largeur et un petit centimètre d’épaisseur.

Enfin il faudra admettre que l’Alien a de la gueule. un peu comme un James Dean de l’audio, il attire les regards dès qu’il entre dans le saloon. Et cela changera pour une fois des sempiternelles justifications à fournir… Je ne compte plus en effet les remarques sur mes Studio V, Hifiman et autre Colorfly du type : « C’est de construction soviétique ? » ; « Depuis l’atterrissage sur la lune tu sais, on a fait pas mal de progrès technologique » ; « Ce que c’est moche ! regarde voir mon {iPod; Sanza Clip ; Cowon ; Sony}  » ; …

En termes de design, Alien marque sa différence avec classe et distinction. Un produit somme toute que vous serez fier de poser sur votre bureau !

2.3.2. Vivre sans IHM visuel ?

Venant en au plus gros morceau pour ce petit DAP, a savoir l’absence de toute forme d’IHM visuelle… LA ! le débat est posé, les esprits se tendent, la respiration devient difficile, la sueur perle aux tempes alors que la commissure des lèvres se met à trembler imperceptiblement.

Nous sommes donc en 2015, et des marques assument encore largement que l’utilisateur n’a pas besoin d’écran pour naviguer sur son baladeur. Citons en quelques unes pour la mémoire : Ipod, Altmann , Cowon. Et bien il faudra désormais rajouter Shozy à cette liste.

La tentative de justification de cet état de fait peut tenir compte de plusieurs éléments.

Le premier de ceux-ci est la performance, et voici qui ne manquera pas de faire rire les plus sceptiques d’entre nous. En toute rigueur physique, il faut en théorie reconnaître qu’un écran pourrait avoir des conséquences sur la manière dont un DAP restitue la musique. Ce sont les fameuses EMS produites par les écrans. Bien sûr, la plupart des constructeurs intégrant des écrans dans leurs produits utilisent également des isolants (blindage) qui viennent réduire à la portion congrue les émissions d’ondes electro magnétiques. Par ailleurs les écrans OLED n’émettent quasiment plus rien de mesurable. Pour autant les couches de rétroéclairage (CFL voir http://en.wikipedia.org/wiki/Compact_fluorescent_lamp) sont encore émettrices de pollutions…

En second lieu en termes d’ergonomie, on pourra effectivement convenir qu’un DAP qui peut se manipuler au fond d’une poche, ou même dans le noir la nuit lorsque vous vous endormez, présente effectivement quelques avantages.

Et enfin d’un point de vue industriel, le coût du revient du produit est « en théorie » réduit, puisqu’il n’y pas besoin de gérer dans l’OS cette fonctionnalité d’affichage.

D’un point de vue pratique il faudra se soumettre à un ensemble de règles strictes telles que suivent pour que l’Alien fonctionne  :

  • La carte SDHC doit contenir à sa racine les dossiers qui contiennent vos fichier flac
  • Chaque dossier ne doit pas contenir lui même de sous-dossier. Dans un tel cas de figure, ne plantera pas, mais ne les lira tout simplement pas

Une fois que vous aurez rempli votre carte micro carte SDHC, il est fortement conseillé de prendre une copie d’écran des dossiers présents, classés par ordre alphabétique, tel que Alien les lira. Voici à titre d’illustration une des cartes 32 Go que j’utilise

 

sd carte

 

Au-delà de l’excellence et l’éclectisme de mes goûts musicaux, vous remarquerez que vous aurez besoin de cet « index » de votre carte SD pour pouvoir choisir votre musique. Un appui prolongé sur le bouton « gauche » remontera en arrière d’un dossier. Un appui prolongé sur le bouton « droite » avancera lui au dossier suivant. Les appuis courts vous permettront de passer à la chanson précédente / suivante

Pour l’utilisateur, il est un peu frustrant de ne pas avoir accès à un « subfolding » qui aille au dela du niveau 1. Tout simplement parceque la plupart des audiophiles ont tendance à classer leur flacothèque par « Artiste », puis en sous-dossiers pour chaque album.

Cela étant dit il faut aussi être parfaitement clair: cette absence d’écran va à l’opposé de la tendance actuelle à laquelle les tablettes et les smartphones nous habituent : la course à la taille et à la résolution des écrans. Il faut s’attendre donc à ce que toute une frange importante d’audiophiles ne puissent pas se satisfaire d’un produit sans écran, ce qui est parfaitement compréhensible.

En ce qui me concerne me direz-vous, et bien je me suis finalement aperçu qu’il est possible de se plier à une telle règle et que cela n’était finalement pas un show stopper pour moi car…

…il y a le son. Oh oui… LE son.

3. Alien, un DAP qui sait jouer de la musique

En 1977, les terriens envoyaient dans l’espace le fameux « Voyager golden record »qui contenait notamment de la musique (26 enregistrements au total, dont le Concerto brandebourgeois no. 2, fa majeur, premier mouvement du très grand J.S. Bach). Nous avons enfin reçu avec le Alien Shozy la réponse des extraterrestres, c’était donc toute fin 2014.

J’ai choisi de séparer l’étude des qualités audiophiles du DAP alien en deux temps. Le premier temps sera analytique, tandis que le second sera centré sur les émotions ressenties lors des écoutes. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce sont deux aspects complémentaires, et que certains lecteurs ne s’intéressent pas au premier aspect, tandis que les autres n’ont pas grand chose à faire du second.

3.1. L’analyse des performances sonores du DAP Alien

3.1.1. Les forces de l’Alien

Les extraterrestres débarquent donc en force, autant casser de suite le suspens, et ce même sans prendre en considération le facteur prix. Voici en résumé pour les plus pressés d’entre vous les forces de ce DAP.

Dynamisme

Il est fort probable qu’un enfant de 2 ans le remarque également… le dynamisme du Shozy Alien est comme disent nos amis Américains « Something else ». Dès les premières mesures de votre écoute, vous serez impliqués de force dans votre écoute, par une restitution sonore au contraste exacerbé. C’est chatoyant, ça virevolte de nuances, bref c’est vivant et terriblement engageant. Il devient dès lors difficile de faire une autre activité en parallèle de votre écoute.

Bien sur, les styles le révèlent plus ou moins, mais en rock, metal, electro ou même jazz moderne, vous devriez prendre une bonne volée de bois dans le groin, si tant est que vos enregistrements aient un DR correct (Dynamic range).

Mention spéciale aux percussions :  les caisses claires, grosses caisses, tom et consorts gagnent en tension et les membranes explosent comme elles le doivent lorsqu’elles sont percutées. Un délice, et gare à ne pas trop monter le son, vos oreilles vous en seront reconnaissantes

Clarté du message 

Le Shozy Alien est capable d’un niveau de détail absolument inattendu en nomade compte tenu de sa taille, de son prix, et finalement compte tenu de tout en y réfléchissant bien. Il faut un peu de courage en audio parfois pour oser remettre en question ses jugements, mais il fait partie de ce que j’ai entendu de mieux à ce jour en DAP, même pour des produits « X » fois plus chers.

Le DAP Alien a disséqué avec une facilité déconcertante les pires morceaux avec lesquels je l’ai testé. Peu importe le nombre de voies, peu importe la rapidité, tout est restitué, plié, blanchi et impeccable. Dieu sait pourtant qu’en métal d’autres DAP nous servent une bouillie bien indigeste…

Il est tout simplement à un niveau où je ne lui concède qu’un seul concurrent à ce jour: le tera player d’Altman précisément. J’ai d’ailleurs pu confirmé cet état de fait avec la gentillesse d’un ami chroniqueur sur  ce site de métal, qui possède ce DAP couplé à ses IEM custom Spiral Ears SE5.

Mes tentatives pour soutirer des informations sur les circuits de la bête sont malheureusement restées vaines, on ne sait pas vraiment ce qu’il y a dedans pour le moment.

Placement dans l’espace (ho ho ho !)

On remarque aussi immédiatement un placement dans l’espace hors du commun. Normal pour ce produit issue d’une autre galaxie, me direz-vous. C’est ample, très naturel, dans toutes les directions, et c’est enfin beaucoup plus « immersif » que d’autre DAP qui se contentent d’une latéralisation bien maigrichonne.

Comme toujours il convient d’insister sur le fait que des IEM haut de gamme vous permettront de mieux tirer partie des possibilités de l’Alien dans ce domaine. C’est le fameux concept de la chaîne sonore, dont la solidité n’excède pas celle de son maillon le plus faible.

Ses qualités de « Metteur en espace » (Respect immense à Gérard Saint Brice) allié à son dynamisme font de ce petit DAP une petite bombe addictive

Naturel

Définir le ‘naturel’ est un défi dans lequel je ne me lancerai pas. Mais, ce que j’entends par là se rapproche d’une capacité à nous donner l’illusion qu’on entend véritablement les instrumentistes, et non pas un enregistrement, lui même reproduit par un appareil, qui transmet un signal à des écouteurs, signal perçu enfin par nos oreilles…

Le Shozy Alien réussit justement ce tour de force sur quelques morceaux, ce qui est quasiment une première pour dans mon cas, pour une configuration « nomade ». Les guitares ont ainsi le bon sustain, les voix sont perceptibles dans leur dimension de souffle et de hauteur de note, bref … c’est crédible !

On a l’impression d’écouter de la musique et non pas d’écouter un baladeur. C’est difficile à décrire, mais c’est une évidence lorsqu’on en fait l’expérience.

Impact et excellence du bas de spectre

Je terminerai cette partie sur les forces du DAP en abordant un volet qui me tient tout particulièrement à coeur : le bas de spectre. Je n’entends pas par là les pieds d’un poltergeist, mais bien les basses fréquences de nos morceaux les plus sombres.

L’Alien livre une copie sans faute, avec une extension superbe et un niveau soutenu jusqu’au plus bas. Pas de roll-off, mais plutôt du barel roll kiff. Et comme le tout est très détaillé, on a de facto des textures d’un réalisme impressionnant, avec un impact physiologique ressenti comme rarement en DAP. Avec les EM32 Earsonics, la combinaison est redoutable ! Encore une fois c’est très impressionnant en metal et en electro.

3.1.2. Les axes d’améliorations

Heureusement pour nous terriens, les extra-terrestres ont toujours des faiblesses. Et je crois toujours Goldbum, surtout quand il s’agit d »Independence day. True Story bro’ !

alien and goldblum
La sensibilité à l’apparaige

Une petite déconvenue quand même avec ce DAP lors de mes nombreuses écoutes avec ce DAP, il ne transforme pas le plomb en or. Attendez-vous à voir la vraie nature de vos enregistrements, et les limites de vos intras.

Personnellement, mes Earsonics 32 ont été magnifiés par le DAP, dans toutes les dimensions de leur restitution (largeur de scène, dynamisme, capacité de détail du message). En revanche le gain que j’ai obtenu avec mes autres paires d’écouteurs « moins » haut de gamme a été moins notable.

Mes EM2 et mes ACS T1 par exemple ont été agréable à l’écoute, mais pas au niveau de la différence que je pensais avoir, étant donné l’expérience que j’avais eu avec les EM32 sur d’autres DAP.

Il y a fort à parier que cela soit le cas avec d’autres écouteurs et que la montée en qualité par rapport à votre DAP habituel soit fonction de cet « appairage » entre vos écouteurs, et le Shozy Alien. Pour certains cela sera un pas de géant, pour d’autres cela sera juste un bon pas.

Par ailleurs certains utilisateurs ont remarqué un bruit blanc de fond avec certains (rares) casques très sensibles. En ce qui me concerne, je n’ai pas rencontré ce soucis.

Une tendance à briller 

C’est souvent l’un des reproches qu’on peut faire aux sources ou aux dispositifs de reproduction sonore qui sont capable de très haut niveau de restitution. On a parfois l’impression que tout est disséqué, et que cela donne un coté un peu métallique à la musique.

Nous ne sommes pas ici dans l’extrême, mais on pourra quand même dire que Alien peut tomber dans cette catégorie. Heureusement pour lui, le DAP conserve un dynamisme hors du commun qui sait rendre la musique engageante et impliquer l’auditeur dans le message restitué.

Il me semble en tous cas important d’indiquer que les amateurs de sons chaleureux, ronds, très corpulents et qui prennent leur temps ne seront pas conquis par la restitution du DAP. Cette tendance à briller rend l’écoute légèrement sèche selon les genres.

L’Alien ne sera pas non plus particulièrement agréable à l’écoute dans les enregistrements ou les cymbales et crash sont surmixés, et certaines saturations très chargées de guitares pourront etre à la limite du « fuzz ». Rien d’incontournable, mais notons quand même que l’altmann tera player, moins dynamique, me semble globalement plus neutre, et plus naturel dans sa restitution du son.

 Et le gapless, c’est pour les chiens ?

Et on finit avec une bon coup de barre à mine dans les tibias… On veut du gapless. A ce niveau de reproduction audiophile nous voulons profiter des superbes transitions que nos artistes préférés mettent du temps à travailler.

Nous voulons entendre Abbey Road d’une seule traite. Et quelques dixième de secondes dans le cas de l’Alien nous séparent de ce bonheur. Bad Doggy !

3.2. L’émotion ressentie à l’écoute du DAP

En arrière dans votre fauteuil, c’est le moment de sortir la tablette de Milka Oréo (il faut essayer si vous n’avez pas tenté, ce chocolat est purement démentiel, sorte de ce métaphore chocolatée de ce petit DAP).

Voici la partie ou nous allons divaguer dans les délires audiophiles les plus abscons et futiles. Mais que voulez-vous… on aime ça ! Et c’est parfois bon aussi quand c’est moins structuré.

Ce qui fait qu’on garde un DAP au final, c’est une étrange alchimie entre des qualités objectives et un plaisir d’écoute. Il est extrêmement important de toujours bien conserver cela à l’esprit quand on teste des produits. Certains DAP ont des tonnes de qualités mais au final on les garde pas. Ils n’ont pas cette sorte de magie qui rend dépendant, qui convainc l’auditeur de continuer son écoute.

L’Alien a été pour moi un petit coup de foudre. D’abord parce que j’ai aimé l’écoute physiologique qu’il me procure. Écoutant beaucoup de metal, de rock progressif, l’importance d’une section rythmique performante est un point structurant de mon plaisir d’écoute.

Un exemple ? Grâce à ce DAP j’ai littéralement redécouvert une oeuvre de Devin Townsend, artiste de génie canadien (compositeur, chanteur, guitariste) car son rendu était assez médiocre avec mes précédents DAP. Cette oeuvre c’est le fantastique « Infinity », un album d’une telle complexité à produire pour l’artiste qu’il le poussera aux portes de la démence, au sens premier du terme. Grâce a Alien, j’ai pu retrouver le plaisir immense que l’écoute sur enceintes haut de gamme de cet album m’avait procuré :Une impression folle d’abondance des pistes qui s’enchevêtrent mais restent indépendantes. Alien est capable de restituer un message clair et lisible dans ce fouillis créatif, et de retranscrire la folie artistique de Devin sans limitation technique.

Plus généralement la spatialisation de ce DAP aide franchement le cerveau à lire les genres complexes et chargés. Tout est bien resitué, et le cerveau à plus de facilité à comprendre les différentes composantes du message sonore. Cela m’a choqué sur la plupart de mes groupes de métal favoris: finalement ce genre n’est pas si mal produit, cela demande simplement un matériel au top niveau.

Dans un autre genre plus « jazzy », mes écoutes de Tsuyoshi Yamamoto, notamment son excellent « Autumn in Seattle » m’ont également charmé. La spatialisation procure une impression de vivre la scène avec un réalisme rare. Le piano à queue est là au milieu d’un loft cosy dont la grande verrière contemple les eaux bleues du Pacifique. Un cocktail de blue lagoon posé sur la laque noire, Tsuyoshi, de 3/4, parcourt son clavier avec une nonchalance feinte. Le toucher de ses doigts ne trompe pas, son esprit rêve mais sa technique est sans faille. A sa droite, un batteur caresse ses peaux avec ses balais. La volupté qui se dégage de la douceur de son tempo amène l’auditeur dans un état second de contemplation béate. Le contrebassiste enfin vient chalouper l’ensemble de sa grande stature et d’une certaine rondeur élégante. La chanson se termine, je ré-ouvre les yeux. 5 minutes viennent de m’échapper. Quelque part, hors de l’espace temps.

Quelques minutes plus tard c’est dans une pièce vide que je me trouve, esseulé dans un noir profond dont émerge enfin un râle de violon et un grondement de clavecin. Je comprends que je me suis retrouvé piégé dans « Towards Silence » de Paul Gieger et Marie Louise Dähler. Je ne sortira pas indemne de cette oeuvre je le sais, la spatialisation de l’Alien me soumet à la merci des attaques de clavecin tandis que sa dynamique finit de me terrasser. Des sons irréels explosent de toute part (mon Dieu mais comment utilise-t-il son clavecin ? …) tandis qu’un métronome infernale assène des séquences chromatiques aux motifs rythmiques mutagènes. Spectaculaire, déroutant, paroxystique alors que la fin de la pièce « Cemb a Quatro » se rapproche, le spectacle est complet.

4. Conclusion

A l’heure de tirer les conclusions de ce tests, le tableau me semble « pour une fois » particulièrement clair. On est face à un produit qui ne laissera personne indifférent. Ceux qui ne supporteront pas l’absence d’IHM visuelle passeront leur chemin sans même y jeter une oreille. Ceux qui se laisseront tenter par expérience risquent fort de ne plus pouvoir s’en passer. A son prix, le DAP offre une qualité de restitution sonore hallucinante, et reconnaissons le complètement inégalée par la plupart des produits actuels.

Il faudra aller chercher des produits d’exception, comme ce que me semble être le tera player Altmann, pour trouver mieux même si son prix demeure grossièrement fantaisiste, à l’heure ou j’écris ces lignes.

On notera également que les amateurs de son très rond, chaleureux et très corpulent ne seront pas non plus intéressés par ce DAP dont les qualités sont davantage: Le dynamisme, la rapidité, le niveau de détail, la spatialisation.

Enfin, on rappelera que ce baladeur est plutôt performant avec les IEM et a du mal a driver avec autant d’autorité que d’autres DAP les casques full size. Il faudra alors recourir à l’Amping en lui ajoutant un amplificateur externe.

5. Bonus : Interview avec le marketing de chez Shozy

Petit bonus pour ce test déjà bien fourni, nous avons pu échanger quelques mots le service marketing de Shozy et leur poser quelques questions. Et dieu sait que nous n’en manquions pas…

NB : C’est en anglais approximatif, mais suffisant pour avoir quelques éléments de fond intéressant. Nous nous excusons bien platement pour les non-anglophones, il est toutefois toujours possible d’utiliser google translate pour avoir le sens général.

TW : How many people work at Shozy? 

SHOZY : not fixed, but it is a small team consist of various people from different field. These people are professional in the field or other fields including aerodynamic/car designs and high-end hifi designs/oem etc. We do it more like a hobby thing so that we can utilize the best resources and time unlike other brands that may need to follow a time frame. That’s why our products has very special designs and excellent build quality, plus dynamic sound you can not easily find in this field.

TW : Which hifi brand(s) did you work for (you mention oem manufacturing on your website)

SHOZY  : for who we do oem for we can’t mention for sure =) but we can ask readers to take a look at our build and compare to other gadgets in the market and they may have a hint what level we have attained. 

TW : How long have you been working in audio 

SHOZY  : people in the team have various background but what we can tell is some are from oeming prestige brands (of HIFI)

TW: Does design matters in the building process of your products ?

SHOZY  : Synergy of parts and circuitry design. A clean circuit is a must, while good shock proof mechanism for the clock and certain measures in the circuitry design makes the sound even better. The Alien employs a self written programme, no OS and screen so nothing willl hinder the sound, also no card reading circuit. Everything is minimized for the sake of dynamic and engaging sound.

TW : Does Shozy adress a specific market ? (DAP, portable amp, etc. ?) 

SHOZY  : We aim at EVERYTHING and soon you will see our other products. We hope hifi users will like the product =) 

TW : Do you have « audio references » or sources of inspiration for your work ?

SHOZY  :Various hifi setups but no specified ones. Matching music with gears is also a key. We do our products based on our own liking, sound signature wise.

TW : People say the Alien is quite similar to the tera player altmann, do you confirm ? 

SHOZY  : Not exactly. The similarity is like Amplifier A and Amplifier B, it is just the simplest form of circuitry design basically but there are many different design considerations. Due to parts chosen they are not really alike, and we work on a housing of better build quality of much less space.

TW : Is there a « how to  use » guide of the Alien out there  ? We could not find one ! 

R : the good point about alien is, no need to really learn how to use, left and right is next and last song while pressing (holding) for 1 sec brings you to previous/next folder. long pressing the up button = pause and any button will release it.  Functions are limited because it has no OS which hinders the sound.

TW : Apparently SDXC is not supported ? 

SHOZY  : as for sdxc quite some daps don’t support it. Audio format supported are 16/24bit 44.1hz wav and flac ONLY

TW : Will there be future versions of Alien ? 

SHOZY  : Yes and that may support DSD however this won’t come quick and that may be at another price point and of a totally different structure, current one can’t support high res because of hardware limitation. We will release other players first.

TW : can you give some example of extra features you’re working on ?

SHOZY  : Not on the Alien =) but for the coming ones, we won’t really do  »extra » features, all in all we are here for the sound!

TW : What is the return and repair policy you have with you distributors, in case of defect ? French customers are sometime afraid about that with tech products from Asia

SHOZY  :  For Alien we will provide support for our dealers and if it is small problems we will try our best to deal with it. We have low RMA rates. If horrible defects are there we will try to swap the board and then there shouldn’t be any problems. One note we have some protection measures added to our battery so when the voltage goes too low the machine will stop working and you need to reactivate it by plugging in the power and pressing start button. Buttons parts are also very well chosen btw ;-)

TW : Anything you would like to add our readers and maybe future customers ?  

SHOZY  : Try our products and be convinced haha :-) Or else this will be one’s own loss!

 

Many thanks to the Shozy team

Merci à David de chez Audiophonics pour le prêt du DAP Alien

 


A propos de l'auteur

Dit le Fougueux (plus rarement le Brave), c’est le thermomètre du groupe, l’essayeur de tendance. L’enthousiasme au bout du fusil, seuls quelques malheureux casques ne trouvent grâce à son Ecole des Fans du matos audiophile . On lui doit également parmi les blagues les plus fleuries de l’histoire du New Wav.


css.php