AP100-3

Comparatif : Hidizs AP100 vs. Shozy Alien

11 février 2015 / par

Quelques DAP sortent de la meute sur 2014 et 2015 de par l’excellence de leur rapport qualité prix. Deux d’entre eux sont les Hidizs AP100 et le Shozy Alien. Les deux DAP répondent cependant à des usages « différents ». Lequel est donc fait pour vous ? Vous devriez trouver dans ce rapide comparatif quelques pistes de réponses …

En avant propos, vous pourrez avoir envie d’avoir lu le test de Sylvain du Hidizs AP100 ici, et le test du Shozy Alien par mes soins.

AP100-3

Ergonomie et usage des AP100 et Alien

Usage nomade

Transportabilité

Dans ce domaine il est difficilement possible de battre l’alien. Extra slim et poids plume, l’alien est capable de glisser entre les dimensions galactiques et trouvera sans effort sa place dans n’importe quelle poche. L’ AP100 est plus massif et demeure cependant dans un form factor très classique pour du dap audiophile. Plus lourd également, il se placera plus naturellement dans une poche de manteau ou un sac/pochette bandoulière.

Autonomie

Entre 8 et 10 heures pour l’Alien et le AP100 avec des batteries neuves, on est ici face à des performances moyennes, mais malheureusement dans la norme des DAP audiophiles. Il n’y avait guère que le Studio V qui pouvait se targuer de dépasser allègrement les 20 heures de fonctionnement. Les puces DAC et les ampli performants sont assez gourmands. Rien que de très normal donc, si les batterie peinent à tenir une semaine complète sans recharge. Dans mon cas, j’ai pu tenir entre 2 et 3 jours de fonctionnement à raison de deux heures d’écoute par jour.

Vous l’aurez compris, ce ne sont donc pas des DAP que vous pourrez amener avec vous lors de longs trek sur les hauts plateaux nepalais. D’ailleurs le Dalaï Lama ne l’utilise pas. En environnement urbain cependant, il rendront correctement leur service, sans plus.

Ergonomie

IHM

Difficile de comparer les deux produits en termes d’usage, en raison de l’absence de d’IHM visuelle sur le Shozy Alien, état de fait qui devrait s’avérer rédhibitoire pour bon nombres d’audiophiles. Par ailleurs, à l’inverse d’un tera player, le shozy a une navigation linéaire qui ne lit pas les sous dossiers. Cela peut s’avérer fastidieux à la longue, et rend l’usage de cartes 64 go (formaté en fat32) franchement plus que compliqué. Il vous faudra parfois 5 bonnes minutes pour accéder à des contenus situés « alphabétiquement » en milieu de carte SD !

L’AP100 offre lui une IHM assez triste mais complètement fonctionnelle et dépourvue de bugg. Il faut souligner cela car ce n’est pas monnaie courante pour les DAP de conception chinoise. Il sera possible de naviguer via les boutons avance et retour, et avances et retours « rapides » qui permettront de passer la sélection de dossier du haut de l’écran au bas de l’écran. Notons enfin que la navigation se fait par dossier, et non par tag. En ce qui me concerne je suis plutôt ravi de n’avoir pas à utiliser ces tags dont la gestion au quotidien est un enfer pour la bibliothèque musicale. Voire la huitième plaie d’Egypte à la réflexion, oui.

Au final, l’écran me parait quand même plus simple pour une utilisation quotidienne, et j’aurai aimé que l’Alien soit équipé d’un écran fut-il minuscule, façon Sanza Clip.

Fonctionnalités

Ici aussi le match tourne court à l’avantage du AP100 puisque celui-ci permet la lecture d’un nombres impressionnant de format en haute résolution : OGG/AAC/APE/FLAC/ALAC/WMA/WAV le tout pouvant monter en 24/192 pour les formats lossless. En face le Alien ne lit que le FLAC en 16/44 … le KO est direct à la fin du premier round.

En termes de connectique, l’Alien Shozy fait pâle figure là encore puisqu’il n’offre qu’une sortie jack. Saluons en revanche la bonne performance de l’AP100 dans ce domaine puisqu’il offre une sortie line-out, et une sortie coax pour faire office de source pure, en entrée d’une configuration sédentaire par exemple (DAC/AMPLI/ENCEINTES ou CASQUE). Pratique pour faire découvrir quelques trouvailles à des amis audiophiles qui ne se satisferaient probablement pas d’une écoute avec un casque nomade moyennement performant.

Et puis nos amis de chez Hidizs ont vu les choses en grand avec également un COAX in, pour pouvoir cette fois-ci d’utiliser une autre source, et profiter de la partie DAC/AMPLI de votre AP100. L’usage est moins évident, mais gageons que certains d’entre nous pourront en ressentir le besoin tous les 30 février ?

Enfin, les deux baladeurs acceptent les cartes micro SD formatées en fat32, et se rechargent en micro USB.

8L9A0033

Qualités sonores des AP100 et Alien

Dynamique

Un des points structurant de mon écoute analytique consiste à relever le contraste entre les niveaux de volume des sons faibles et ceux des sons forts dans un même morceau. Ce point est particulièrement important car sur un DAP sans dynamique, l’auditeur est amené à monter le volume d’écoute pour essayer de retrouver un plaisir d’écoute.  Ceci est particulièrement vrai à l’écoute de format avec compression qui contribuent à gommer les extrêmes du spectre …  ce qui peut affadir le plaisir d’écoute.

Dans ce domaine le Shozy Alien ne laisse à personne le soin de lui dicter sa loi. Capable des piano les plus doux comme des fortissimo les plus outrageux, l’alien n’est pas le compagnon idéal des fumeurs de pipe en fauteuil cuir. Il propose une écoute au contraste saisissant et aux couleurs chatoyantes. On se surprendra même à baisser le volume, lors d’une envolée lyrique ou un chorus particulièrement énergique. Les genres modernes se marieront particulièrement bien à ce rendu brut de l’énergie sonore. Revers de la médaille oblige, on a pas toujours envie de se faire rudoyer après une dure journée, auquel cas il faudra baisser drastiquement le son, ou bien se passer de musique.

Le Hidizs AP100 est plus consensuel à nouveau. Moins fougueux il n’hésite pas à puncher lorsqu’il le doit parce-que l’enregistrement l’a voulu. Mais il sait aussi être doux et plan plan lorsque l’album n’a pas été formidablement travaillé en Dynamic Range, ou qu’un orchestre symphonique à été enregistré à 1 km de distance.

Scène sonore

Les deux DAP ont clairement des capacités de spatialisation supérieures à la moyenne. Le Shozy Alien me semble toutefois sortir devant sur ce volet de performance avec une faculté d’immersion dans la musique absolument remarquable. Le message sonore est présenté très haut, très bas, bien à gauche, bien à droite, devant, derrière… C’est une vrai écoute en 3D renforcée par le dynamisme et le contraste du lecteur.

L’AP100 n’est pas en reste mais ne suscite pas le même engouement des la première écoute. Plus en retrait il offre un travail de la profondeur moins exacerbé et plus conformiste. Difficile toutefois de passer derrière le Shozy Alien dans ce domaine tant ce dernier excelle sur cet aspect.

Résolution

Par résolution, on viendra qualifier et quantifier le niveau de détail du message sonore que le DAP vient révéler lors de l’écoute. Cette caractéristique dépend évidemment de l’appairage avec le casque ou les intras que l’on utilise. En ce qui me concerne j’ai choisi de tester cette partie là avec mes Earsonics EM32 qui sont les custom intra les plus détaillés que j’ai pu écouter à ce jour.

Si l’AP100 est déja supérieur à ce que propose nombre d’autres DAP du marché, le Shozy Alien va encore plus loin et se montre à la hauteur de sa réputation de scalpel de laboratoire. Attention toutefois aux enregistrements médiocres qui supporteront mal de se voir exposés sous la lumière la plus révélatrice. Tous les défauts seront impitoyablement révélés au grand jour.

 

Signature

Les deux DAP proposent des rendus aux partis pris assez éloignés.

Le Alien Shozy fait le choix d’un rendu neutre voir froid, avec une belle emphase sur le haut médium. A l’inverse le bas médium s’il existe bel et bien n’est pas autant perceptible que sur le Hidizs AP100. L’Alien n’est pas « recessed » pour autant dans le très bas de spectre et propose une solide performance dans ce domaine grâce à sa rapidité et à son excellent dynamisme. Côté médium et haut médium ça brille, ça étincelle parfois, et ça fatigue légèrement l’oreille sur les longues sessions d’écoutes. Sur certains titres cela pourra même paraître ostentatoire en fonction du casque que vous utiliserez. Il vaudra mieux éviter soigneusement les casques au rendu « brillant ».

Côté AP100, c’est un message plus rond qui est développé. Le bas médium est plus travaillé que sur l’Alien Shozy. Les basses quand à elles restent de bonnes factures mais sont légèrement moins détourées et moins percutantes que l’alien. Globalement l’écoute paraît plus naturel que le shozy mais moins immersive et moins démonstrative.
Les médiums et les haut médium sont à leur place, on aurait pu aller un peu plus loin dans le haut de spectre mais c’est aussi cela qui procure une écoute peu fatiguante… L’ ap100 permet aussi d’égaliser l’écoute. Il sera donc possible de pousser en haut de spectre pour les amateurs du genre.

En résumé le Shozy Alien est démonstratif, contrasté et physiologique, là ou l’AP100 est plus rond, plus mat, et moins explosif dans son rendu musical.

Prix et conclusion

Les deux DAP peuvent se trouver dans le commerce spécialisé à moins de 300€ (moins de 200€ pour le Shozy Alien). A ce prix là, reconnaissons déjà que ces deux protagonistes offrent une superbe prestation et réussissent une entrée fracassante dans la cour des grands.

Maintenant reconnaissons également qu’ils n’ont pas grand chose à voir. Le Shozy fait le choix de l’excellence audio pure, là ou l’AP100 offre une expérience plus complète et moins intransigeante, du fait de fonctionnalités plus nombreuses et de la présence de son écran. Ainsi, pour ceux qui ne seront pas prêts pas à se passer d’écran, l’AP100 est un choix plus que raisonnable du fait de son interface plus traditionnelle.

Pour les afficionados de la performance, j’aurai tendance à recommander en revanche en ce qui me concerne le Shozy Alien, dont la dynamique hors du commun et le niveau de détail offrent un plaisir d’écoute auparavant inaccessible dans cette gamme de prix. Cela se fera en revanche au prix d’une certaine idée de l’ergonomie.

Pour les indécis … prenez tout simplement les deux !

Merci à David de chez Audiophonics pour les prêts des produits Alien, et AP100.

81731205


A propos de l'auteur

Dit le Fougueux (plus rarement le Brave), c’est le thermomètre du groupe, l’essayeur de tendance. L’enthousiasme au bout du fusil, seuls quelques malheureux casques ne trouvent grâce à son Ecole des Fans du matos audiophile . On lui doit également parmi les blagues les plus fleuries de l’histoire du New Wav.


css.php